Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 07:34

 

Cantonales. Serge Borvon candidat des écologistes

7 décembre 2010

Ancien adjoint au maire de Plougastel, Serge Borvon, 63 ans, adécidé d'être le candidat d'Europe écologie-Les Verts aux cantonales. Pendant 21 ans, cetancien de laDCN de Brest a siégé au sein du conseil municipal de Plougastel. À partir de 1986, il est d'abord «simple» conseiller d'opposition aux côtés de son chef de file divers gauche André Le Gac. Lorsque ce dernier devient maire en 1989, il est promu adjoint aux affaires scolaires le temps de deux mandats. Puis en 2001, lorsque Dominique Cap etladroite reprennent la mairie, Serge Borvon retourne dans l'opposition.

Les législatives en 2002

Ce n'est qu'aux dernières municipales qu'il quitte enfin le conseil municipal. «Avec quelques amis, nous avons monté une liste Solidarité écologie Plougastel qui a obtenu 12% des suffrages au premier tour. Une union avec la liste d'André Le Gac nous apermis de placer deux élus au conseil». Serge Borvon n'en sera pas. Autre expérience électorale en 2002. Serge Borvon se présente alors aux législatives au nom des Verts. Il affronte le député sortant Kofi Yamgnane et celui qui le détrônera, Christian Ménard.

Et de quatre

Mais cette fois, le voilà embarqué pour un autre scrutin. «Dans chaque canton, il y aura soit un candidat Europe écologie-Les Verts soit un candidat UDB avec des soutiens réciproques des deux mouvements», poursuit Serge Borvon qui regrette que seuls les gros partis (PS etUMP) soient aujourd'hui représentés au conseil général. Ils sont donc désormais quatre candidats à briguer un siège au département: l'adjointe de Plougastel, Patricia Hénaff, pour ladroite, le maire de Logonna-Daoulas, Françoise Péron, pour le PS, la protégée du conseiller sortant André Le Gac, Gisèle LeGuennec (divers gauche), etdonc Serge Borvon pour lesécologistes.

 

Repost 0
Published by Serge Borvon cantonales 2011 EELV - dans Elections cantonales
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 06:34

Cantonales. S. Borvon pour Europe Écologie-Les Verts

12 décembre 2010

Serge Borvon, d'Europe Écologie-Les Verts, a donné les grands axes qui motivent sa candidature aux cantonales.  Entouré de son groupe, il était, samedi, accompagné de Ronan Divard, conseiller municipal de Loperhet et représentant de l'Union démocratique bretonne(UDB). «Cette candidature, une première sur le canton de Daoulas, correspond au souhait de la population de voir l'écologie politique représentée dans l'ensemble des collectivités. Nous devons être présents au niveau du département pour établir un vrai équilibre dans cette assemblée». Les résultats des dernières élections montrent combien nos valeurs, et notre volonté de changement sont partagées par la population de notre canton. Avec 14,5 et 18,5% aux élections régionales et entre 17 et 23% aux Européennes.



«Justice sociale et impératifs écologiques»

«Nous avons des approches différentes sur bon nombre de dossiers: le plan déchets, le contournement coûteux et inapproprié de la voie landernéenne de Lanrinou, le Wimax, l'implantation d'une centrale à gaz à Guipavas, le démantèlement hâtif de celle de Brennilis... Le financement de la ligne à grande vitesse ferroviaire ne devrait pas être du ressort de la Bretagne. Il serait plus opportun de développer leTER». «Les candidat(e)s d'Europe Écologie-Les Verts feront part, pendant la campagne, des propositions alternatives déjà élaborées sur ces thèmes mais également dans le domaine des solidarités: augmentation du chômage, détérioration des conditions de travail, isolement des personnes âgées et/ou handicapées... Nous refusons d'assister passivement au scénario de sociétés qui sedésagrègent et d'une nature qui s'épuise. Justice sociale et impératifs écologiques sont indissociables. Cela impose de nouvelles proximités pour retrouver un sens collectif, mettre l'action publique au service de l'intérêt général et redonner une nouvelle vigueur à la démocratie et à la solidarité».

 

Repost 0
Published by Serge Borvon cantonales 2011 EELV - dans Elections cantonales
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 17:28

 

(GIF)


Communiqué de presse du 24 janvier 2011 

Nucléaire : et maintenant, la mer !

Le lobby du nucléaire ne désarme pas. Après l'EPR, qui s'avère d'ores et déjà un échec technologique et commercial, Astrid nouveau nom pour le clone de superphénix, ITER...  il revient avec un nouveau produit  miracle. Le Flexblue est la dernière trouvaille proposée par le groupe de construction navale DCNS qui vient de lancer ce projet destiné à alimenter en électricité les îles et régions isolées. Ce n'est rien d'autre qu'une petite centrale nucléaire immergée... Pourtant rien de nouveau à part le fait de prendre le risque d'irradier encore un peu plus la mer.


Elles seraient comme les centrales terriennes alimentées par l'uranium, et engendreraient donc les mêmes déchets et risques. Immergées entre 60 et 100 mètres, elles ne seraient pas à l'abri des attentats, des fuites et autres accidents avec toutes les conséquences sur la faune, la flore, l'humain. Elles coûteraient bien entendu encore plus cher... Un rêve d'ingénieur fan de Jules Verne qui mobilise d'ores et déjà des crédits de recherche... comme tant d'autres.

On pourrait en rire, mais quand dans le même temps le Gouvernement atermoie sur l'éolien off-shore au motif de l'opposition des pêcheurs ou du coût trop élevé, des risques pour l'écosystème marin... ça devient pathétique.

Il serait tellement plus simple de mettre nos moyens financiers, humains, technologiques au profit d'une nouvelle politique de l'énergie : économies d'énergie, développement des énergies renouvelables propres et inépuisables.  Ca a probablement échappé à nos « savants » mais l'éolien off-shore existe, lui, il est disponible et expérimenté.

Pour Europe Ecologie / Les Verts ce type de projets confirme qu'il est urgent  d'entamer la sortie, et dé-nucléariser l'imaginaire.

Repost 0
Published by Serge Borvon cantonales 2011 EELV - dans Energie
commenter cet article
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 10:33

Centrales nucléaires offshore : la fuite en avant se poursuit !

Un communiqué de presse d’Europe Ecologie- les Verts de Brest

jeudi 20 janvier 2011

Après l’annonce quelque peu inquiétante de la Russie (pays au top de l’insécurité nucléaire comme chacun sait ! ) de s’engager dans la construction, d’ici 2015, d’une flottille de sept centrales nucléaires flottantes, voici le lobby nucléocrate français qui lui emboite le pas avec ce projet de centrales nucléaires immergées présenté par la DCNS.

Ce projet Flexblue, nouvel avatar du nucléaire français, qui veut, à tout prix, continuer à assurer un leadership commercial à l’échelle planétaire, laisse songeur :

  • Comment être certain que l’environnement marin, particulièrement fragile, ne soit pas atteint par la présence de ces centrales immergées, futures poubelles océaniques ?
  • Comment imaginer que ces centrales, dont on se garde de nous indiquer le coût prévisible, immergées au large, dans un milieu marin hostile, puissent être rentables économiquement ?
  • Comment ne pas imaginer que de telles centrales ne puissent être l’objet d’attaques terroristes ? Depuis le 21 septembre 2001, on sait pourtant que les terroristes sont capables d’intervenir partout …

Avec tout cet argent qui risque d’être englouti dans ce projet aberrant, il serait possible de fournir de l’électricité, en quantité, à travers le monde avec des énergies propres, sans déchets et sans danger pour l’environnement et la santé publique. Savez vous par exemple :

  • que le parc solaire « Waldpolenz » de 40 MW , du groupe allemand Juwi, à Leipzig sur une ancienne base aérienne militaire, pourra produire de l’électricité correspondant aux besoins annuels de plus de 10 000 foyers ?
  • qu’au Danemark, le parc éolien marin, Horns Rev 2, aura bientôt la capacité de couvrir les besoins annuels de 200 000 foyers ?

Décidément, DCNS a de « mauvaises relations » qui la contaminent, AREVA, Technicatome, CEA,... DCNS devrait pourtant s’interroger sur le savoir faire réel de ces entreprises incapables de démanteler dans des conditions correctes, sur un plan sanitaire et environnemental, une petite centrale nucléaire de 70 MW, celle de Brennilis ?

Bien sur, derrière tout cela, sur fond de fonds public très généreusement distribués, il y a beaucoup d’argent en jeu, et un sacré business à développer, pour le seul profit de quelques actionnaires...

Après le projet de centrale à gaz fossile à Guipavas et maintenant celui de ces centrales nucléaires immergées, on peut considérer que décidément rien ne nous aura été épargné pour retarder, entraver, la réalisation, dans notre pays, des énergies renouvelables, notre avenir énergétique....

Christian Bucher

porte parole d’Europe Ecologie Les Verts

 

Repost 0
Published by europe.ecologie.les.verts.cantonales.daoulas.over- - dans Energie
commenter cet article
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 11:18

 

 

 

 

Communiqué de l'association S-eau-S

Landerneau le 19 janvier 2011.

 

 

Alors que les réunions et manifestations de ce week-end à Saint Divy ont révélé la forte mobilisation des habitants, en particulier ceux de notre communauté de communes, S-eau-S s'interroge sur l'opacité totale autour du projet de centrale électrique au gaz. Les élus eux-mêmes déclarent n'avoir jamais été ni informés ni consultés et tout apprendre par la presse.

 

Le lieu même de cette implantation reste flou. Officiellement il n'est question que de la "pointe du Finistère". Il est en effet difficile de préciser un lieu avant même le minimum d'étude de l'impact d'une telle installation sur l'environnement naturel et humain. Le seul fait qu'il existe à Lanvian une zone inutilisée, propriété du SMBI (Syndicat Mixte Brest Iroise qui regroupe la CCI, la Région, le conseil général et Brest-Métropole Océane), nous semble largement insuffisant pour décider d'y implanter une telle installation.

 

Cette absence d'information n'a pas empêché le SDEF (Syndicat Départemental d'Energie et d'Equipement du Finistère) de se déclarer, par la voix de son président "favorable à l'implantation d'une centrale de production à la pointe de la Bretagne" et de soutenir "le projet de Guipavas" *. La ville de Landerneau étant adhérente du SDEF, l'association S-eau-S a adressé un courrier à la municipalité pour lui demander dans quelles conditions cette décision a été prise, quels ont été les documents remis aux membres du SDEF pour qu'ils puissent se prononcer et quelle a été la position de la ville de Landerneau à travers son représentant au SDEF.

 

S-eau-S tient particulièrement à être informée sur le mode de refroidissement qui pourrait être envisagé. Chacun sait que la ressource locale en eau est limitée. Or il est connu que de telles centrales refroidies à l'eau douce ont une consommation au moins équivalente au tiers de celle captée sur l'Elorn pour l'alimentation en eau potable du Pays de Landerneau et de la région brestoise.

 

Par ailleurs S-eau-S considère que ce projet d'utilisation d'énergie fossile, émettrice de gaz à effet de serre, est une inacceptable régression alors que l'effort unique de la Région, du Département et des collectivités locales devrait être tourné vers les économies d'énergie et les énergies renouvelables, en particulier énergies de la mer.

 

S-eau-S, membre du collectif GASPARE, se propose d'inviter le comité de Saint-Divy pour une réunion d'information à Landerneau le mercredi 9 février.

 

Pour S-eau-S, Gérard Borvon

 

* voir : http://www.sdef.fr/index.php?id=54&idArticle=126

 

 

 

 

Repost 0
Published by europe.ecologie.les.verts.cantonales.daoulas.over- - dans Energie
commenter cet article
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 10:15

 

(GIF)


Communiqué de presse du 19 janvier  2011

Blaise Compaoré : une autre complaisance française
 
Alors que les élections récentes au Togo, en Guinée et en Côte d'Ivoire ont été si disputées et si commentées par les médias internationaux, personne ne s'étonne aujourd'hui que Blaise Compaoré ait été réélu le 25 novembre dernier président de la république du Burkina Faso, pour la quatrième fois consécutive, avec un score de 80,15 % dès le premier tour de scrutin. Blaise Compaoré est pourtant connu pour avoir pris le pouvoir dans le sang le 15 octobre 1987, lors du coup d'Etat au cours duquel fut assassiné son prédécesseur et jadis ami, le très populaire Thomas Sankara.
  
Longue de plus de 23 ans, la présidence de Blaise Compaoré est depuis sans partage, si ce n'est celui des armes ukrainiennes livrées via son pays à plusieurs rébellions sanguinaires dont celle du RUF en Sierra Leone, ou celui des contrats d'exploitation des infrastructures burkinabé, lesquels sont régulièrement attribués à des groupes français comme Bolloré, qui sécurise la route de l'uranium entre les installations d'Areva au Niger et les ports d'expédition ivoiriens et togolais.
  
Est-ce la raison pour laquelle Blaise Compaoré est si choyé par les gouvernements français successifs depuis son élection ? Est-ce la raison pour laquelle ce président autoritaire est devenu un pôle de stabilité si important en Afrique de l'Ouest qu'il a été désigné avec la bénédiction de l'Union européenne comme "facilitateur" entre les parties dans les scrutins récents de ses trois pays voisins ?
  
La "visite de travail" qu'il effectue à Paris les 17 et 18 janvier en compagnie d'une délégation de la Cédéao pour rencontrer le président Nicolas Sarkozy en plein imbroglio ivoirien laisse en tout cas penser que Blaise Compaoré reste à Paris un partenaire de choix. Cette complaisance envers un chef d'Etat mal élu ressemble au soutien affiché jusqu'au dernier moment à l'ex-dictateur tunisien Zine el Abidine Ben Ali : même origine françafricaine moribonde, même rempart prétendu contre l'islamisme radical, mêmes intérêts géostratégiques inavouables... Une telle complaisance doit cesser, d'autant que la France fait actuellement valoir son attachement au respect de résultats électoraux transparents dans un pays voisin et très lié au Burkina Faso.
 
Europe Ecologie - Les Verts

Repost 0
Published by europe.ecologie.les.verts.cantonales.daoulas.over- - dans Actualité
commenter cet article
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 21:07

Actualités

Solidarité avec Stéphane Hessel pour la liberté d’expression

Communiqué de presse du 17 janvier 2011

Ce mardi 18 janvier, devait se tenir à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Paris, une conférence-débat autour de Stéphane Hessel, auteur du désormais best-seller « Indignez-vous ! ». Cette conférence devait faire suite à la pétition signée par plus de 10 000 personnes dénonçant les poursuites lancées contre monsieur Hessel et d’autres personnalités, dont Alima Boumediene-Thiery, sénatrice Europe Ecologie / Les Verts, pour leur implication dans la campagne BDS (Boycott-Désengagement-Sanction). Cette campagne appelle à boycotter les produits en provenance des colonies israéliennes illégales au regard du droit international.

Cette conférence devait réunir, en plus de Stéphane Hessel, un certain nombre de personnalités telles que Leïla Shahid, ambassadrice de la Palestine auprès de l'Union européenne, Nurit Peled, militante israélienne de la paix qui a perdu sa fille dans un attentat terroriste, Haneen Zoabi, député au parlement israélien, Elisabeth Guigou, ancienne garde des Sceaux, ou encore le secrétaire général adjoint du Syndicat de la Magistrature, Benoist Hurel. Plus de trois cents personnes s’étaient d’ores et déjà inscrites à la conférence. Elle devait également permettre de donner la parole aux prévenus poursuivis en justice pour leur participation à la campagne BDS en vue de leur prochain procès.

Pourtant Monique Canto-Sperber, directrice de l’ENS, a annoncé le 12 janvier, après de vives contestations d'associations juives contre la tenue de ce débat, dont le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France), avoir décidé d’annuler la rencontre.

Cette décision tombe très mal : elle peut être interprétée comme une forme de censure. Elle vient également cautionner l’idée reçue que toute critique de la politique de l’Etat d’Israël serait impossible en France.

Europe Ecologie / Les Verts tient donc à réaffirmer son total soutien et sa solidarité à Stéphane Hessel, intellectuel de renom et grande figure de la Résistance, et aux personnalités impliquées dans la campagne BDS, dont les propos n’ont jamais remis en cause l’existence d’Israël mais se montrent critiques de la politique israélienne actuelle vis-à-vis du peuple palestinien (refus du gel des nouvelles colonies, blocus de la Bande de Gaza.

 

Repost 0
Published by europe.ecologie.les.verts.cantonales.daoulas.over- - dans Actualité
commenter cet article
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 09:06

 

 

Protection de captage, et assainissement non collectif

 

 

 

 

Aujourd’hui, les riverains habitant dans le périmètre rapproché des captages de Plougastel-Daoulas reçoivent des courriers de Brest Métropole Océane concernant la mise aux normes avant le 31 décembre 2012 de leur installation d’assainissement non collectif. Problème : c’est payant, et les arrêtés d’application de la loi sur l’eau relatifs aux prescriptions techniques et à l’agrément des contrôleurs ne sont toujours pas arrêtés… d’où l’inquiétude de nombreux usagers.

 Bien sûr,la protection des captages alimentant pour 50 % la population de Plougaste-Daoulas doit être assurée. Les périmètres de protection de captage sont définis dans le code de santé publique ( article L 1321-2). Ils ont été rendus obligatoires depuis la loi sur l’eau du 3 janvier 1992. Voilà bientôt vingt ans de retard.

 La collectivité doit se mettre en conformité avec la réglementation, elle doit donc participer à la mise aux normes des installations d’assainissement non collectif comme elle le fait dans le cadre de l’assainissement collectif dans les zones urbanisées.

                      Des possibilités existent : d’une part, les communes peuvent financer les travaux de réhabilitation des installations d'assainissement non collectif dans le cadre d'une intervention pour lutter contre la pollution ayant un caractère d'intérêt général ou d'urgence suite à une enquête publique (articles L211-7 du code de l'environnement) ;  lorsque des travaux s'imposent parce que l'installation d'assainissement peut causer des problèmes de salubrité ou de voisinage, ils doivent être proportionnés aux dommages éventuels. D'autre part, les collectivités locales peuvent mettre en place le « service unifié de l’assainissement » adopté dans le « Grenelle 2 »

. La création de ce « service public unifié de l’assainissement » répond entre autres aux principes suivants :

 Outre les missions mentionnées à l’article L. 2224 -8, le service unifié réalise, sous maîtrise d’ouvrage publique et à la demande des propriétaires, la construction ou la réhabilitation des installations d’assainissement non collectif. Seuls sont concernés les immeubles à usage principal d’habitation. Il s’agit d’une mise à disposition d’un équipement public, celle-ci étant assortie du paiement d’une redevance pour service rendu.

 Afin de contribuer à l’égalité de traitement des usagers, qu’ils soient assainis en collectif ou en non collectif, et à l’équilibre des charges entre propriétaire et locataire, il est prévu la possibilité pour le service de demander un même montant pour la participation exigible auprès des propriétaires en cas de raccordement à l’égout pour les constructions nouvelles, ou en cas de construction ou de réhabilitation des installations d’assainissement non collectif. L’article L. 1331 -7 est également complété afin de permettre un paiement échelonné de la participation due par les propriétaires pour le raccordement à l’égout ou les travaux d’assainissement non collectif.

Europe Écologie les Verts demande à la municipalité de Plougastel-Daoulas et à BMO, de tenir compte des possibilités existantes dans la réglementation pour que la mise en conformité des installations d’assainissement figurant dans le périmètre rapproché des captages soit réalisée sans pénaliser les usagers.

                                                  Serge Borvon

                            Porte parole d’Europe Écologie les Verts

 

 

 

 

Repost 0
Published by europe.ecologie.les.verts.cantonales.daoulas.over-blog.com - dans Eau -assainissement -algues vertes
commenter cet article